Visage(s) de notre jeunesse

En 2013, order la création de la pièce de Gustave Akakpo, Même les chevaliers tombent dans l’oubli – commande d’écriture du Conseil général de la Seine-Saint-Denis – a initié le projet artistique : Visage(s) de notre jeunesse.

Cette réflexion autour de l’adolescence, de l’éducation et de la transmission, s’est poursuivie avec Martyr de Marius von Mayenburg et Days of nothing de Fabrice Melquiot.

Chacun des auteurs porte son regard poétique sur le devenir potentiel d’un être humain à ces âges de la vie où la rencontre avec l’altérité peut se révéler décisive dans son développement personnel. Cette rencontre peut avoir lieu au sein de l’école : dans cet espace public qui vient rompre avec la sphère privée de la cellule familiale.

Si dans ces trois pièces l’action se déroule dans un établissement scolaire – école élémentaire, collège et lycée – les dispositifs scénographiques diffèrent pour chaque « cas d’école ».

Ce triptyque invite enfants, adolescents et adultes, à se forger leur propre opinion en fonction des différents points de vue qui s’affrontent sur le plateau.

Le théâtre demeure plus que jamais un espace-temps privilégié où se trouvent réunies toutes les conditions d’un échange intergénérationnel autour des enjeux majeurs de notre société.